[Ga: een map omhoog, voorpagina, ]

J'ai bien joué lors du LPGA Championship, mais je n'ai pas été en réussite au niveau de mon chipping et de mon putting. Le parcours était très long et fait pour les frappeuses sans réels défis au niveau stratégique.

Maintenant je joue le Canadian Open. J'ai terminé deuxième l'année dernière, mais chaque semaine est différente.
MaraIcher.jpgEnsuite, je vais à Portland et on rentre en France. Je vais notamment passer une journée à Saint-Nom-la-Bretèche pour mon sponsor Nordictrack avant d'aller à Evian préparer The Evian Championship.
MaraIcherputt.jpg
Mais pour le moment, je reste concentrée sur les deux prochains tournois aux États-Unis.

(Crédit photos : Gregory Shamus/GINA)

«Pas de retour pour le moment»

| Réactions (0)
Je suis actuellement revenue en France pour effectuer des soins au niveau de mon épaule. Je ne participe pas au Canadian Open cette semaine et je ne vais pas à Portland la semaine suivante.
PerrineSeaWorld1.jpgNormalement je devrais rentrer aux États-Unis le 29 août pour m'entraîner et préparer les derniers tournois du LPGA. J'attends quand même le feu vert pour pouvoir repartir et ne pas être obligée de refaire des allers retours... La date de retour reste encore incertaine...

PerrineSeaWorld.jpg

J'ai profité de mon passage à Orlando pour aller à Seaworld afin de me changer les idées et ne pas ruminer avec ma blessure.


(Crédit photos : Perrine Delacour)

Après l’Allemagne, direction Pilsen tout près de Prague pour le Pilsen Ladies Masters.

Vu que c’était un trois tours et que le tournoi commençait vendredi, j’ai pu rentrer deux jours à Lyon pour changer de valise, voir mon préparateur physique et me poser un peu. J’avoue que ça fait du bien de déconnecter !
Sophie_pragueswing.jpgJ'étais en confiance avec mon jeu, mais la fatigue commençait à se faire ressentir à force d’enchaîner. Mais je n’avais pas le droit de lâcher, car après j’avais quatre semaines de break alors je devais tout donner pour performer cette semaine !

Sophie_prague.jpgLe parcours était physique et il faisait encore très chaud et lourd. Avec trois tours réguliers à quatre sous le par et un score total de -12, je termine 4e de ce tournoi. C’est très satisfaisant, même si à la veille du 3e tour j’espérais bien entendu la victoire. Je pense sincèrement que Julie Greciet était intouchable. Elle n’a fait aucune erreur. C’était sa semaine. Donc j’attendrai aussi la mienne. En tout cas, j’enchaîne les bons voire très bons résultats et ça c’est important. Comme on le dit souvent : «la victoire ne dépend pas que de nous».

sophie_prague_joie.jpgEn attendant mon prochain tournoi en Écosse, j'ai pris quinze jours de vacances en famille en Bretagne, avant de reprendre l'entraînement pour deux semaines au Golf Club de Lyon.
Axel_Sophie_vélo.jpg
(Crédit photo : Sophie Giquel-Bettan)

«Semaine difficile à Prague»

| Réactions (0)
J'ai joué +1 et +3 en République tchèque avec un cut dans le par. Le jeu a été moyen toute la semaine. J'ai manqué de précision sur les attaques de greens et mon putting n'a pas été assez performant. La semaine du Sberbank Golf Masters a été difficile pour moi. 

J'en profite pour féliciter Julie Greciet pour sa première victoire sur le LET. Une belle victoire française !
CaroPrague.JPGAprès sept semaines de tournois, je vais pouvoir souffler un mois. Le temps de bien se reposer avec un peu de vacances et de se ressourcer avec la famille avant de reprendre l'entraînement (golf et physique). Cette période à la maison va me permettre de passer un peu de temps à l'entraînement avec mon coach, afin de se préparer pour la grosse seconde période de la saison.

La suite de la saison se fera en Écosse, Suède, Evian, Ténérife, Strasbourg, Chantaco (Open de France), Afrique du Sud, Chine, Inde et Dubai...

(Crédit photo : Caroline Afonso)
Après être passé tout près de la victoire en Azerbaïjan, je me suis imposé en Norvège pour la quatrième fois de ma carrière sur le Challenge Tour. Je ne joue pas en Finlande afin de bien préparer le Rolex Tophy et Pléneuf-Val-André notamment.

Mon grand jeu est bien au point depuis un moment. En Azerbaïjan et en Norvège, mon putting s'est hissé au niveau et j'ai pu jouer la gagne deux semaines de suite. En Azerbaïjan, j'ai notamment battu le record du parcours le deuxième jour avec une carte de 62. Je n'avais jamais scoré aussi bas ! Il était important de toucher les fairways sur ce parcours. Après, on n'avait pas de longues cannes pour attaquer les greens et le parcours était favorable à de bons scores. J'ai très bien mis en jeu et j'ai très bien ferraillé, du coup, je n'avais souvent que des petits putts pour birdie. J'ai tout mis, donc j'ai fait -10 ! Je me suis retrouvé en tête avant le dernier tour. J'ai joué avec Michael Lorenzo-Vera en dernière partie de trois et c'était plutôt sympa. Je suis parti sans réel objectif le dimanche pour rester tranquille sur le parcours, mais du coup, je n'ai pas senti la pression qui pousse à bien faire. Je n'ai pas très bien débuté et je me suis dit que ça allait venir,mais ça n'est jamais venu... J'étais passif et incapable de réagir. J'ai fini finalement septième... J'ai appelé Olivier Léglise pour débriefer dans la foulée et je pense que ça m'a servi pour la Norvège.

Hebert_Norwayjpg.jpg

(Crédit photo : Norwegian Federation)

C'est un privilège rare d'être deux semaines de suite en tête avant le dernier tour. C'était d'ailleurs troublant puisque j'étais exactement dans la même situation les deux fois après 54 trous. J'étais -15 total après trois tours, avec trois coups d'avance sur le deuxième, quatre sur le troisième et les autres un peu décrochés....

Je me suis donc fixé des objectifs précis le dimanche du Norwegian Challenge en les revoyant finalement à la baisse parce qu'il y avait beaucoup de vent. Je voulais jouer -4 à la base et j'ai finalement pensé que -1 ou -2 serait suffisant dans ces conditions. Je me suis retrouvé à +2 au 14 après un double-bogey au 11, un bogey au 12 et au autre au 14. J'ai simplement essayé de revenir dans le par sans paniquer. J'ai réussi et j'ai gagné avec deux coups d'avance ! Il y avait un leaderboard au départ du 16 et j'ai pu voir qu'on était en tête à -13 avec Florian Fritsch, alors que Cyril Bouniol était à -12. C'était serré et j'ai réussi un bon birdie sur le par 5 du 16. Je n'ai pas touché le green en deux, mais je me suis laissé un chip facile... que je n'ai pourtant pas très bien touché. Heureusement, j'ai rentré un bon putt derrière pour le birdie. C'est rentré également au 18 pour gagner avec deux coups d'avance. J'ai d'ailleurs très bien putté toute la semaine, comme la semaine précédente sauf le dernier jour. En Norvège, ç'a tenu toute la semaine. J'ai quand même un peu moins bien putté le dernier tour. J'ai eu notamment quelques occasions à l'aller que je n'ai pas concrétisé. Au 13 et sur les trois derniers trous, j'ai à nouveau bien putté alors que la pression était là.  

BenHebert_Norway_RossKinnaird.jpg

(Crédit photo : Ross Kinnaird)

C'était important de gagner parce que la semaine en Azerbaïjan m'avait coûté cher. Je manque la victoire pour finir septième. C'est loin ! Et je perds la place pour le Rolex Trophy dans la foulée. Grâce à cette victoire, je devrais très vraisemblablement pouvoir jouer le Rolex Trophy que j'ai gagné en 2011 et ça donne beaucoup de confiance pour la suite de la saison. C'est aussi la preuve que le courant passe bien avec Olivier Léglise et qu'on fait du bon boulot ensemble. C'est une grande fierté.

Le grand jeu est bien en place depuis un moment. Avec Olivier Léglise, on s'est attaché à bien taper droit dans un premier temps, avant de travailler un peu plus la balle et maintenant, j'arrive bien à contrôler la balle pour sortir des fades et des draws quand c'est nécessaire.

On est cinq Français dans le Top 15 provisoire du Challenge Tour. C'est super ! Il y a une belle émulation. Et quand on voit les résultats de Romain Wattel, Alexander Levy et Victor Dubuisson, ça donne envie. J'ai décidé de ne pas jouer en Finlande suite à cette qualification. Ç'aurait fait huit semaines d'affilée jusqu'à Pléneuf-Val-André. Je préfère éviter ce genre d'accumulation de tournois quand c'est possible. Je m'étais dit que je ne jouerais pas en Finlande en cas de qualification pour le Rolex et c'est le cas.

Maintenant, l'objectif c'est de rester dans le Top 15 pour ne pas avoir à passer par les cartes et débuter dès novembre sur l'European Tour. On va pouvoir aller au Rolex Trophy avec Olivier Léglise et Édouard Espana pour bien travailler et j'espère passer une bonne semaine.
Le Vaudreuil Golf Challenge est un tournoi particulier pour moi puisque je suis touring Pro au Golf du Vaudreuil. Malheureusement, malgré un jeu plutôt bon, je ne passe pas le cut. C'est très frustrant et il va falloir que je me dépêche de marquer des points...

Je n'ai pas si mal joué que ça le Vaudreuil Golf Challenge, même si je n'ai pas passé le cut. J'ai même plutôt bien joué vendredi. C'est frustrant parce que je drive très bien en ce moment, comme la semaine dernière en Suisse, où j'ai pourtant dû me contenter d'une 49e place. J'ai l'impression de mieux jouer qu'il y a deux ans quand je suis monté sur l'European Tour, mais les scores ne descendent pas ! Je fais peu de mauvais coups et je joue bien dans l'ensemble. Mais j'ai du mal à concrétiser au scoring.

Comme il faisait chaud et lourd, cette semaine les balles volaient beaucoup. C'était très difficile de laisser les balles sur les greens petits et bombés. J'ai pourtant bien débuté le deuxième tour avec trois birdies. Mais avec ces balles qui volaient, je n'ai pas osé trop attaquer les drapeaux et je n'ai pas eu suffisamment d'occasions de birdies.
EcosseRusso.jpg

(En Écosse. Crédit photo :  Harry Engels / GIE) 

La fin de mon deuxième tour est assez révélatrice de mon manque de réussite actuelle. Au 15, je pitche 5 mètres devant le mât et la balle ne s'arrête pas du tout. Elle roule presque sur le trou et elle finit dans le bunker. Et au 18, je fais un coup de sandwedge qui pitche presque dans le trou, rebondit sur la base du mât et file jusque dans le bunker ! J'en ai presque rigolé parce que même avec un birdie je ne passais pas le cut, mais sinon, je l'aurais eu mauvaise. 


Je vais faire tous les tournois jusqu'au Rolex Trophy qui est à champ limité. Il faut que je me bouge parce qu'il ne reste plus énormément de tournois. J'ai vraiment besoin de points. J'essaie de ne pas y penser sur le parcours pour ne pas me mettre trop la pression, mais il faut que je me dépêche.

Je pars lundi soir en Azerbaïdjan avec Jean-Baptiste Bonnet en espérant un déclic là-bas, pour un des plus gros tournois de la saison.

«Un bon premier tour au Vaudreuil»

| Réactions (0)
Après deux semaines de break, j'ai réussi un bon premier tour au Vaudreuil Golf Challenge en rentrant dans le Top 20 provisoire.

Je n'ai pas joué depuis quinze jours parce que j'avais des soucis au dos. J'ai vu un chiropracteur récemment qui m'a fait beaucoup de bien. Quand le corps ne fait plus mal, c'est quand même plus facile pour tirer droit ! Les choses ses mettent en place petit à petit.

Cette semaine, j'ai la chance d'être caddeyé par Olivier Elissondo. Il n'a pas pu partir avec Adrien Saddier en Russie pour des problèmes de visa. C'est un caddy d'expérience qui a travaillé avec Grégory Bourdy et Thomas Levet notamment. Il m'aide pas mal sur des petits détails.

vaudreuilCambis.jpgCette année, il y a plus de rough que l'année dernière sur le parcours. Les greens sont très souples et il y a donc énormément de backspin, ce qui rend les trous compliqués quand les drapeaux sont en fond de green. 

En ouverture du Vaudreuil Golf Challenge, j'ai joué -3, mais c'est finalement un mauvais -3. J'ai vraiment bien joué et j'aurai pu faire mieux. Sur mes deux bogeys du jour, je n'ai pas eu de réussite parce que je n'ai pas vraiment tapé de mauvais coup. Je suis parti du 10 et ce n'est jamais facile de débuter par un par 3. Ma balle a pitché à trois mètres du trou, mais avec le backspin, est partie à dix mètres et j'ai pris trois putts. Ce n'est pas un bogey qui fait gamberger. Juste un manque de réussite. Et au trou numéro 8, j'ai attendu près d'une demi-heure au départ. Je me suis refroidi et j'ai commencé à penser à mon score. Mon coup de départ était un peu manqué et mon troisième coup s'est terminé sur la lèvre d'un bunker. J'ai dû jouer dans une position très inconfortable et je concède finalement le bogey. C'est dommage parce que c'est un trou à birdie. Mais ça reste positif et la preuve que le jeu revient bien. 

Je remercie au passage Jean-Claude Forestier qui s'investit beaucoup dans le golf professionnel français et qui est à la base de ce tournoi du Vaudreuil Golf Challenge. Il faudrait d'autre personne en or comme ça en France !

(Crédit photo : Agathe Séron)

«En République tchèque...»

| Réactions (0)
Me voici en République Tchèque depuis dimanche soir pour disputer le Sberbank Golf Masters. Après une journée de repos lundi, j'ai effectué un parcours de reconnaissance mardi. Mercredi, j'ai joué neuf trous avant un entraînement. Jeudi, c'était à nouveau entraînement parce que je ne jouais pas le Pro-Am.
TchéquieCaro.JPG
C'est le même parcours que l'année dernière. Les greens roulent de mieux en mieux après deux jours. Les mises en jeu et le petit jeu vont être importants. Je pars vendredi à 12h24 du trou numéro 10 et vendredi à 7h44 du 1.

(Crédit photo : Caroline Afonso)

Pour la première fois depuis le début de la saison j’enchaîne mon troisième tournoi de suite et j’avoue qu’après le British Open, une semaine de repos aurait fait du bien.

Je suis arrivée mardi après-midi à Munich pour jouer le German Open et j'ai enchaîné directement ma reconnaissance car mercredi c’est pro am et je ne joue pas. J'ai pris du temps pour me reposer mercredi en faisant une bonne séance de sport et un peu de piscine.

Le parcours est très différent de la semaine précédente. Les greens sont tendres et assez courts avec beaucoup d’occasions de birdies. On sait déjà qu’il va falloir scorer bas et ce n’est pas le genre de parcours où je suis le plus à l’aise.
allemagneSophie.jpgJ’ai un super groupe pendant le cut avec deux très bonnes joueuses et très sympas en plus. Jeudi je joue dans le par ce qui me positionne juste sous la barre du cut. Physiquement et mentalement je n’y étais pas, mon corps ne suivait pas. Cependant je ne m’inquiète pas car j’ai toute l’après-midi et le lendemain matin pour récupérer des forces. Je sais que mon jeu est en place et que j’ai juste besoin de repos. Le vendredi je commence mal mon parcours avec un double-bogey au 1 qui est un trou à birdie. Ça s’annonce mal mais je reste patiente et ça paye car je joue -2 et je suis donc à la 45ème place.Il me restait alors deux jours pour remonter un maximum de places.

J'ai beaucoup mieux joué le week-end car plus ça va et plus je me sens bien physiquement. Avec des scores de 64 et 67, je remonte à la 11e place du tournoi. Scorer aussi bien est très réconfortant et ça fait vraiment plaisir.

Retour à la maison dimanche soir où je vais pouvoir poser mes valises deux jours avant de repartir pour Prague.

J'ai réussi à me qualifier pour The Evian Championship (11-14 septembre) en remportant les qualifications mi-juin. C'est une belle réussite avec mon père à mes côtés pour la première fois que je jouais sur ce parcours.
QualifEvian.jpgJe ne connaissais pas le parcours d'Evian. C'était la première fois que je le jouais. J'avais juste déjà suivi le tournoi... il y a près de dix ans ! Le premier jour, j'étais accompagnée par mon premier pro de golf, Christophe Estermann, qui ne pouvait pas rester les deux jours. Je devais être seule pour jouer le deuxième tour. Mais quand j'ai vu que j'étais bien placée après le premier jour, j'ai appelé mon père pour qu'il vienne me caddeyer et mettre toutes les chances de mon côté. Il s'est arrangé pour venir.

ArianePapa0.jpgJ'ai été solide le deuxième jour en faisant trois birdies d'affilée pour commencer. Après, il a fallu que je tienne mentalement. Il n'y avait pas de leaderboard et je ne savais pas trop où j'en étais après mon bogey au 18. Je connaissais juste le score des filles de ma partie. J'ai appris à la sortie du green du 18 que j'étais qualifiée !  On a pu célébrer la qualification en famille ! 

ArianePapaHug.jpgJ'ai dû jouer toute seule en Italie et en Angleterre et j'ai encore un peu de mal à gérer mes parcours dans ces conditions, notamment mentalement.

ArianeAll0.jpg

Je travaille avec mon coach pour essayer de trouver un objectif avant chaque départ afin de suivre une sorte de fil rouge.

ArianeJadeAll.jpg

Aux Pays-Bas, j'étais caddeyée par mon copain. Il va essayer de me suivre à partir de septembre, j'espère dès Evian...

À propos de ce blog

Sixième sport le plus pratiqué de France, le golf bénéficie d'un élan incroyable avec son retour au programme olympique, dès 2016 à Rio de Janeiro (112 ans après son éviction), et l'organisation de la prestigieuse Ryder Cup 2018 en France. Le golf hexagonal est en train d'élargir sa base en se démocratisant petit à petit, tout en consolidant son sommet, puisque jamais autant de Français n'ont évolué parmi l'élite européenne. Des talents vont émerger et des espoirs vont confirmer tout leur potentiel. Nous vous proposons de suivre l'évolution des meilleurs joueurs tricolores dans leurs campagnes à travers le monde, grâce à ce blog destiné à créer une relation privilégiée entre les golfeurs et les internautes du Figaro Golf.

Archives

Les Blogs
Controverses

L'inconsciente et l'inconsistant

Donc, selon Cécile Duflot, François Hollande est…

Golf

«Premier cut manqué en Majeur cette saison»

J'ai bien joué lors du LPGA Championship, mais je n'ai…

Golf

«Pas de retour pour le moment»

Je suis actuellement revenue en France pour effectuer des…