[Ga: een map omhoog, voorpagina]

«En route pour les PQ1...»

| Réactions (0)
Malgré un podium en début d'année, ma saison sur le Pro Golf Tour est décevante. Je me sens mieux depuis mon changement d'entraîneur, mais les résultats sont encore insuffisants. Je joue une grande partie de ma saison aux PQ1 d'Hardelot.

Depuis le début d'année, il y a des hauts et des bas. Mon swing a progressé cette année, mais les résultats ne sont pas satisfaisants. La fin de saison arrive rapidement. J'ai une dernière chance de sauver ma saison avec les cartes européennes... Je ne vais pas jouer la finale du Pro Golf Tour parce que je ne peux pas viser la montée sur le Challenge Tour. Je joue donc les PQ1 à Hardelot qui se déroulent en même temps (23-25 septembre). On peut s'en sortir avec un jeu moyen sur ce genre de parcours. De toute façon, c'est ce qu'il faut pour la première étape des qualifications. Jouer moyennement, mais solide. Pas la peine d'aller chercher une énorme performance. Mon souci, c'est que cette année, j'ai du mal à jouer correctement sur quatre tours. Cette saison est difficile pour moi. Si j'accède à la finale des cartes européennes, j'aurai déjà une petite catégorie sur le Challenge Tour. Mais le chemin est encore long...

Citadelle_Preich.jpg

(Crédit photo : Golf de Preisch)

Avec Guillaume Biaugeaud, je trouve qu'on fait un travail qui me correspond bien. Je suis très content. Mais on a débuté trop tard pour réaliser un vrai travail de fond. C'est ce qu'on va faire cet hiver. J'ai passé tous les cuts sur le Pro Golf Tour depuis qu'il est à mes côtés. J'ai également pu jouer sur le Challenge Tour à Pléneuf-Val-André début septembre, mais je n'ai pas passé le cut. J'ai aussi participé au Citadelle Trophy International du Golf de Preisch, sans passer le cut non plus. Il n'y a rien de catastrophique dans tout ça, mais avec un seul Top 20 depuis ma deuxième place en Egypte en début de saison, ce n'est pas assez bon. 

4N3A2417.JPGJe ne vais pas retenter les cartes asiatiques en tout cas. Mais je ne ferme pas les portes au Sunshine Tour puisqu'il y aura des qualifications en Europe cette année. Si rien ne me sourit, je jouerais une année supplémentaire sur le Pro Golf Tour en travaillant à l'intersaison pur améliorer mes résultats. Mais d'ici-là, j'espère bien me sortir du piège des PQ1...

«Arrivée tardive à Tenerife»

| Réactions (0)
Me voici à Tenerife depuis mardi soir. Une arrivée tardive sur place à cause des grèves des avions...

Du coup, je n'ai eu qu'une journée pour m'entraîner et faire la reconnaissance du parcours. Il est très bien. L'herbe est différente de chez nous, mais les greens roulent assez bien.

Jeudi, mon horaire de départ était à 9h29 du 10. J'ai joué 71, soit -1 pour cette première journée. Un jeu correct, avec douze greens en régulation et un meilleur avec 29 putts.

caro_tenerife.jpg(Vue du Green du 5)


Demain, je joue à 14h04 du 1...
Même si je n'ai pas passé le cut à Évian, ça reste une super semaine. Je suis restée sur place pour profiter des magnifiques conditions d'entraînement. J'ai également suivi quelques parties pour voir la manière dont jouent les meilleures joueuses du monde. J'ai même prolongé jusqu'au lundi pour participer au Pro-Am de la Société Générale.

Ariane_Evian_GP.JPGLe premier jour de The Evian Championship était difficile parce que chaque coup manqué est sanctionné. Si on manque un drive, on se retrouve rapidement dans un rough très dense avec une longue canne à jouer pour atteindre le green ! Et si on rate un green, les chips sont tout de suite compliqués. Il faut être à l'aise pour chipper dans le rough et dans la pente, avec très peu de place pour arrêter la balle. Le chipping n'est pas mon point fort et je dois encore travailler.

Ariane_Evian_Cloud.JPGJe n'ai fait que deux pars le premier jour... J'ai quand même réussi à taper quelques bons coups pour faire des birdies, notamment le premier jour. Et même un eagle au 13 avec un peu de réussite et un putt de près de vingt mètres. 

Ariane_Caddie.jpg

Le lendemain, j'ai notamment concédé sept coups sur le par 3 du 16. Je mets mon fer 7 dans le bunker de droite. Je suis un peu pluggée dans un faux-plat dans un bunker. J'étais obligée d'attaquer le drapeau avec deux mètres pour arrêter la balle, parce que tous les autres endroits du green, pour éventuellement assurer... descendaient vers l'obstacle d'eau... ! C'est une des premières fois de ma vie où j'avais un chip à jouer sans aucune solution !

Ariane_Evian_People.JPGÇa permet de se mesurer à un vrai parcours de Majeur ! Ça ne pourra être que plus facile sur les autres parcours maintenant. Ce n'est pas facile de positiver quand on sort d'un tournoi avec +20 ! Mais je me dis que c'était une expérience utile qui va m'aider à progresser. Ce n'est que ma première année et je joue déjà un Majeur. C'est bien. 

photo 3.JPG

Je ne vais pas à Tenerife cette semaine et je joue la semaine suivante l'Open Generali de Strasbourg qui compte pour le LET Access. Ensuite, j'enchaîne sur l'Open de France à Chantaco. J'ai joué l'Open de France il y a deux ans en amateur. Comme j'habite au pays basque, je vais jouer le parcours de temps et temps et je connais bien le tracé qui est assez particulier également. Je n'ai plus beaucoup de tournois pour conserver ma carte sur le Ladies European Tour et il va me falloir une bonne performance dans les prochaines semaines...

(Crédit photos : Phillipe Millereau / KMSP)

J'arrive au pays de Galles avec de bons souvenirs. C'était déjà il y a un an que je mettais ces trois putts de folie pour gagner le ISPS Handa Wales Open ! J'ai l'impression que c'était hier !

Je suis content de revenir au Celtic Manor. C'était une de mes plus belles victoires en revenant de l'arrière avec une super dernière journée. J'ai encore plein de belles images en tête ! C'est forcément un parcours que j'aime bien et sur lequel je me sens bien. J'avais déjà signé deux Top 10 par le passé. Même si je n'ai pas fait de grosses performances ces dernières semaines, je suis confiant sur mon fond de jeu. Il faudrait juste que je retrouve mon niveau de putting de l'édition précédente.
Wales_Annabelle_Pano.jpg(Avec Annabelle la saison dernière. Crédit photo : Panoramic)

Je me suis rassuré la semaine dernière après deux cuts manqués. En Italie par exemple, j'avais manqué le cut d'un point en ratant deux petits putts pour finir. La semaine dernière, j'ai enchaîné de belles séquences de jeu. C'est important pour arriver en confiance à Newport. J'ai démarré poussivement aux Pays-Bas et je suis bien revenu dans le rythme. Mais j'ai fini mon troisième tour par trois bogeys, alors que je m'apprêtais à rendre une belle carte avec un score de -4. J'ai finalement perdu une trentaine de places en trois trous avec un score de -1 pour la journée. C'était dur à avaler. Le dimanche, je signe un -2 pas assez satisfaisant pour remonter au classement. Au final, c'est une 41e place peu glorieuse, mais je me suis senti bien dans le jeu et c'est de bon augure pour la suite.

Bourdy_Italie_2014.jpg

(Crédit photo : Stuart Franklin/GIE)

Dans dix jours, c'est la Ryder Cup. Je suis déçu de ne pas avoir répondu présent après ma victoire de l'année dernière, qui lançait la course à la qualification, et ma belle prestation lors du Seve Trophy, qui prouvait à tout le monde que je pouvais répondre présent en match play. Ma blessure ne m'a pas aidé parce que j'ai manqué de gros tournois et j'étais en plus sur une bonne lancée. C'est décevant, mais je dois faire mieux pour les prochaines éditions avec toujours la même volonté de faire partie de l'équipe européenne de Ryder Cup.


En début de semaine, j'ai pu partager un clinic d'handigolf. C'était une super expérience. J'ai joué en aveugle quelques balles. C'est différent de quand on se met à l'adresse et qu'on joue en fermant les yeux. On peu jouer des coups presque normalement. Mais quand quelqu'un vous guide, c'est complètement différent.
Bourdy_isps_guide.jpgBourdy_isps_divot.jpg

BourdyISPSBlind.jpg

J'ai ensuite utilisé un long club adapté pour les gens qui ont un handicap des membres supérieurs. J'ai manqué la balle trois fois de suite avant de réussir à la frapper !

Bourdy_isps_Long.jpg

(Crédit photos : Richard Heathcote/GIE)
Je suis en Malaisie pour préparer le Worldwide Holdings Selangor Masters comptant pour l'Asian Tour.

La semaine dernière, j'avais mal commencé à Taïwan avec un +4. J'étais très déçu parce que je jouais bien sur les tournois européens les semaines précédentes et ça m'a fait bizarre de rendre une aussi mauvaise carte.

weberVaudreuil.jpg (Crédit photo : Golf du Vaudreuil)

Il a fallu que je me réadapte aux conditions asiatiques. Les greens étaient ultra fermes avec beaucoup de grain. Le premier jour, j'ai enchaîné trois putts, quatre putts et trois putts en trois trous ! Les roughs étaient également très piégeux. Le soir, j'ai fait le bilan de mes erreurs et le lendemain, j'ai réussi à ne pas les reproduire pour scorer -5. J'ai beaucoup travaillé mon petit jeu et mon putting et ça a porté ses fruits puisque j'ai pris 25 putts dimanche et j'ai rentré trois chips dans la semaine. Ce Top 20 est très encourageant.


Je reste sur cinq Top 20 sur l'Asian Tour et le Challenge Tour lors de mes sept derniers tournois. Je suis revenu au 64e rang à l'ordre du mérite asiatique. Il me reste encore dix tournois pour rentrer dans le Top 60 et conserver ma carte. Je joue en Malaisie, puis je retourne à Taipei après une semaine de break et je rentre en France.

Lionel_Weber_Vaudreuil.jpg

(Crédit photo : Frédéric Stevens) 

Le parcours du Seri Selangor Golf Club n'est pas évident et il va falloir se montrer stratégique et technique. J'ai la sensation d'avoir progressé au putting et j'ai hâte de voir ce que ça va donner. J'ai un caddie local cette semaine. Et à Taïwan, Malko Schraner va me caddeyer si je passe le cut, après sa semaine de boulot chez IMG asie.

Ma victoire à Pléneuf-Val-André m'ouvre de manière certaine les portes de l'European Tour la saison prochaine. Cette première victoire en France était de plus, pleine d'émotion !

Mes cartes de score à Pléneuf-Val-André ont été régulières toute la semaine (66, 66, 67 et 66), mais j'ai commis pas mal de double-bogeys qui sont presque inévitables sur ce parcours. Sur certains trous, la balle est perdue dès qu'on s'égare un tout petit peu. Mon double au 14 le deuxième jour est une balle perdue à gauche et au 12 le troisième jour, je mets un coup de bois 3 dans le bush et je ne suis même pas allé chercher ma balle.
HébertCupPléneuf.jpgJ'ai compensé ces deux double-bogeys avec deux eagles sur le par 5 du 11. Ce trou est majestueux et impressionnant avec ce départ depuis le promontoire et la mer à gauche, mais si on attrape le fairway, il se transforme en par 4 avec en général un fer 7 ou 6 en deuxième coup. J'ai fait deux eagles et un birdie les trois premiers jours et j'ai eu une balle injouable dimanche pour le par. C'est un trou magnifique avec une mise en jeu inhabituelle et un gros dénivelé, mais pour des joueurs professionnels c'est plus un par 4 qu'un par 5. 

Dimanche, j'étais en dernière partie. On était nombreux à prétendre à la victoire. Il fallait tout donner pour faire la différence. J'ai tout de suite bien joué avec quatre birdies en cinq trous, alors que tous mes adversaires ont mal commencé. J'ai bien mis en jeu. Les drapeaux étaient coquins et ils étaient difficiles à attaquer. Alors il fallait se montrer malin et un peu filou pour se laisser de bons putts. Et j'ai bien putté. J'ai vite pris des coups d'avance jusqu'à ma petite erreur au 7, sur un par 5 pas très compliqué pourtant... Je me suis rattrapé avec un coup de fer 5 pour un putt «donné» au 8. Ensuite, il fallait juste laisser la balle en jeu dans le vent, notamment sur les trous difficiles comme le 12 et le 14. C'était évident que personne n'allait faire des birdies sur tous les derniers trous. Je me suis contenté de jouer sérieux. Avec notamment des coups de fer 2 pour bien m'appliquer à prendre les fairways. J'ai attaqué les milieux de greens et j'ai fait mes deux putts. Et au final, ça a payé.
HébertRedTrousers.jpgC'est ma première victoire en France. Ce sont des supers souvenirs et de supers sensations. Il y avait Jérôme Lando-Casanova et Michael Lorenzo-Vera dans les deux parties avant moi. Le public s'était donc vraiment condensé autour de nos trois dernières parties. On s'est vraiment senti soutenus. L'arrivée sur le green du 18 avec trois coups d'avance et tout ce monde qui est content qu'un Français gagne, ça reste un très grand moment de ma carrière. J'espère que ça va motiver les six autres Français qui sont en course pour la montée !

On sait qu'il faut à peu près 85 000 points pour être assuré de monter sur l'European Tour, avec cette victoire à Pléneuf, j'ai plus de 100 000 points au compteur. On peut donc officiellement dire que je vais jouer sur l'European Tour la saison prochaine. J'espère que ça va motiver les six autres Français qui sont en course pour la montée ! Mais je reste ambitieux pour la fin de saison puisque j'ai envie de terminer au meilleur classement possible sur le Challenge Tour. La fin de saison va être super sympa avec de jolis rendez-vous sans pression et pas mal de semaines de break entre chaque tournoi. Si jamais je gagne à nouveau, je peux monter directement sur l'European Tour, mais je ne choisirai pas cette option puisqu'il n'y a plus beaucoup de tournois avant les Finals Series qui sont fermées. C'est super d'avoir gagné à nouveau, mais je suis surtout content de m'être mis à l'abri le plus tôt possible pour profiter au maximum d'une fin de saison sans pression. Je vais notamment breaker les deux tournois en Chine pour aller à Terre Blanche disputer le Richard Mille Invitational (14-19 octobre). Il me reste le Kazakhstan cette semaine, Rome puis Oman et la finale de Dubaï. Ensuite... ce sera l'European Tour !

(Crédit photos : European Tour)
Je n'ai pas passé le cut de l'Evian Championship d'un petit point mais ce tournoi est loin d'être négatif. Ça s'est mal goupillé. Le grand jeu était bien au point, mais j'ai eu du mal au putting, qui est normalement mon point fort. Je ne connaissais pas bien les greens et c'est vrai qu'il sont particulièrement pentus avec énormément d'ondulations. On a eu du mal avec mon caddie à bien lire les lignes. Le deuxième jour j'ai très bien joué. J'ai planté quatre fois à un mètre du mât et je n'ai pas rentré les putts ! Si j'avais mis les putts au 2 et au 3 d'entrée, la partie aurait peut-être été différente. 

DerreyEvianswing.jpg

Je pars sur une dynamique positive tenter les cartes américaines parce que mon jeu est bien en place. Je ne pourrai malheureusement pas disputer l'Open de France qui se déroule en même temps. J'avais déjà tenté les cartes il y a deux ans. C'était en Californie et je n'avais pas passé le cut. Cette fois, c'est en Floride et j'espère bien que ça va se passer autrement ! D'ici là, je vais me reposer et m'entraîner. Mais ça va arriver vite...


(Crédit photos : Tristan Jones / LET)

«Un Evian championship magique»

| Réactions (0)
Ça y est, The Evian Championship 2014 est terminé !
Une semaine fantastique se clôture !

Je voudrais féliciter Evian et toutes ses équipes pour ce super tournoi. Vous avez fait un super travail... Pour moi, c'est le plus beau tournoi. Et en plus en France ! Nous sommes toujours très bien accueillies ! Il y a juste un mot : Magique !

photo 1.JPG

(Pendant la remise des prix)


EvianPara.JPG(Arrivée des parachutistes)


Je voudrais les remercier aussi pour m'avoir offert cette wild-card et la chance de jouer ce Majeur ! Merci et bravo à Evian. Et j'espère à l'année prochaine...

Evian 15-16.JPG

(Les greens du 15 et du 16)Avian18.JPG(Le green du 18)

Horses.JPG

(Avec la police montée)

Maintenant, départ pour Tenerife avec le Tenerife Open de Espana qui commence jeudi !

(Crédit photos : Caroline Afonso)


«Rencontre avec Lizarazu à Évian»

| Réactions (0)
The Evian Championship est terminé pour moi puisque je n'ai pas réussi à passer le cut. Il fallait faire +5 et j'ai joué 78 le premier jour et 75 le deuxième (+11 total).

Jeudi, je suis partie du trou numéro 10 et j'ai bien débuté jusqu'au 16. Une erreur de club et une erreur de stratégie m'ont coûté pas mal de points au 17 et au 18. Après tout ça, c'est dur de revenir.

Vendredi, j'ai pris beaucoup de greens en régulation, mais j'ai mis mes coups de fers du mauvais côté et les putts n'étaient pas faciles.

On va analyser tout ce qui s'est passé pour en tirer le bilan pour les trois semaines à venir.

Après ma partie, j'ai eu la chance de rencontrer Bixente Lizarazu ! Mon idole depuis des années ! Au top !

CaroEvianLiza.JPGPendant ce week end , je vous ferai partager des photos en direct d'Evian...

(Crédit photo : Caroline Afonso)

Je n'y croyais pas quand j'ai reçu mon invitation pour The Evian Championship ! Je suis encore amateur, mais c'est mon troisième Majeur. Je me suis donc sentie plus à l'aise que la première fois et j'ai fait un bon premier tour dans le par.


J'ai mal démarré avec un bogey au 3 et un double-bogey au 8, mais j'ai réussi à rester patiente jusqu'au bout avec trois birdies sur les dix derniers trous pour finir dans le par. Les deux fois, j'ai fait des erreurs de stratégie puisque j'ai raté à gauche avec un drapeau collé côté gauche. Au 8, j'ai envoyé mon coup de bois 5 court à gauche. Le chip était très compliqué et j'ai dû m'y reprendre à deux fois pour aller sur le green !

CélineEvianT1.jpg(Pendant le premier tour à Évian. Crédit photo : Tristan Jones / LET)


Je n'avais jamais joué le parcours d'Évian. J'ai eu la chance de faire la reconnaissance en début de semaine avec Valentine Derrey et Suzann Pettersen. Je n'ai pas en trop l'occasion de parler avec Suzann, mais Valentine m'a pas mal aidée à me mettre à l'aise.

IMG_3985.jpeg

(Sous les yeux de Suzann Pettersen et Valentine Derrey)

Il y avait pas mal de positions de drapeaux en entrée de green, donc le parcours était moins long que pendant la reconnaissance. On a placé la balle sur deux trous (au 9 et au 10), mais sinon le parcours était parfait. Les greens sont toujours aussi pentus. J'ai envie de prendre du plaisir comme à chaque fois, mais sur ce tournoi, j'aimerai bien passer le cut et je me dis qu'après une journée dans le par, l'objectif est tout à fait atteignable. Il ne faut pas trop que je m'enflamme et que je pense au résultat. Vendredi, il faut que je joue mon jeu en restant dans le présent.

EvianCéline1.jpeg

(Pendant la reconnaissance du parcours)

J'ai appris mon invitation le 3 septembre alors que j'étais au Japon pour participer aux Championnats du monde amateur par équipes dames que nous avons terminés dixièmes. Je ne m'y attendais pas du tout et au début, je n'y croyais pas trop ! J'ai eu du mal à réaliser ! J'étais très contente et j'avais hâte d'y être ! J'avais un peu d'appréhension avec tous ces voyages parce que j'ai eu une hernie discale en 2013 et tous ces trajets entre les États-Unis, le Japon et Évian ne sont pas idéals. Mais je n'ai pas mal pour le moment. 

CélineBoutierNCAATeam.jpg
J'ai déjà joué deux tournois majeurs. Ça m'a certainement beaucoup aidé à jouer mon jeu aujourd'hui parce que je suis moins impressionnée par toutes ces grandes joueuses autour de moi. Au British Open 2013, ça m'a fait vraiment bizarre. J'avais l'impression de ne pas être vraiment à ma place et je regardais beaucoup les autres jouer. J'arrive plus à jouer mon jeu maintenant dans de telles conditions. En ce qui concerne la suite de ma carrière, je devrais passer professionnelle dans deux ans a priori, à la fin de mes études. Ensuite, je passerai les cartes du LPGA Tour. Pour l'instant ça se passe plutôt bien puisqu'on a été championnes universitaire avec Duke et j'ai reçu le titre de meilleure joueuse universitaire du pays !

CélineBoutierNCAAemotion.jpg

(Une avalanche de titres pleine d'émotion. Crédit photos : Tracy Wilcox)

À propos de ce blog

Sixième sport le plus pratiqué de France, le golf bénéficie d'un élan incroyable avec son retour au programme olympique, dès 2016 à Rio de Janeiro (112 ans après son éviction), et l'organisation de la prestigieuse Ryder Cup 2018 en France. Le golf hexagonal est en train d'élargir sa base en se démocratisant petit à petit, tout en consolidant son sommet, puisque jamais autant de Français n'ont évolué parmi l'élite européenne. Des talents vont émerger et des espoirs vont confirmer tout leur potentiel. Nous vous proposons de suivre l'évolution des meilleurs joueurs tricolores dans leurs campagnes à travers le monde, grâce à ce blog destiné à créer une relation privilégiée entre les golfeurs et les internautes du Figaro Golf.

Archives

Les Blogs
Paroles d’entrepreneurs

Seris recrute 3200 personnes en 2014 et 2015

Le groupe Seris qui emploie 8 000 collaborateurs France…

Controverses

Sarkozy : après le retour, le projet

En cette semaine où les déclarations politiques ont…

De Bagdad à Jérusalem : L'Orient indiscret

Deux millions de Libyens en Tunisie

Il y a deux millions de Libyens actuellement sur le…