[Ga: een map omhoog, voorpagina, ]

 Ajouter aux favoris Envoyer à un ami Avertir le modérateur

02 avril 2014

"Egypte : tout cela pour ça! " - Tribune de Dominique Moïsi*

 

2014-03-26T195353Z_1007200002_LYNXMPEA2P03F_RTROPTP_3_OFRWR-EGYPTE-SISSI.jpg

3695015936_2.jpgTrois ans après le renversement de Moubarak, un sentiment grandissant d’humiliation et d’amertume gagne l’Égypte. Pour les manifestants de la place Tahrir, que de victimes inutiles, que d’espoir de changement déçu ! L’expérience des Frères musulmans, venus légalement au pouvoir après des élections globalement démocratiques, a été un échec retentissant. Loin d’être le Président de tous les Égyptiens, Morsi n’a été qu’un chef de parti intolérant et incompétent.

* Conseiller spécial de l’Institut français des relations internationales (Ifri).

 

Crédit Photos : Reuters

» Lire la suite...

15 mars 2014

"La Syrie promise"

 

9782330030896.jpg

B50A1650_copienet_cle053971-f55a3.jpgTrois ans. Cela fait trois ans que la Syrie est entrée dans une spirale infernale. De la contestation initiale, il reste surtout un carnage quotidien. Morts, blessés, déplacés, réfugiés. La population civile syrienne paie le prix fort, pris en étau entre la cruauté d’un régime sanguinaire et la férocité des combattants djihadistes venus du monde entier, assoiffés par le sang. Pour évoquer la Syrie sans nécessairement se plonger dans le bilan humanitaire dramatique qui nous parvient tous les jours de Damas, un livre vient de sortir. Il est écrit par Hala Kodmani. Elle est journaliste. Elle a reçu, en décembre, le Prix de la Presse diplomatique pour ses reportages dans le Nord de la Syrie, notamment pour l’Express et le quotidien Libération.  Elle est née à Damas. Elle n’y a pas vraiment vécu, sa famille ayant tôt fait le choix de s’installer en France. Avant le 15 mars 2011, elle avait déjà conçu d’écrire ce livre pour retisser le fil de ses origines. Et puis… l’Histoire s’est emballée.

» Lire la suite...

12 mars 2014

Aider les enfants syriens !

 

PHOTOS. Syrie  un conflit dévastateur pour les enfants - Le Nouvel Observateur - Windows Internet Explorer.jpg

« En état de siège – Trois années d’un conflit dévastateur pour les enfants en Syrie » . C'est le titre d'un rapport publié par l'Unicef, le Fonds des Nations Unies pour l'Enfance. Il estime que 5,5 millions d'enfants sont victimes du conflit, victimes de "dommages considérables". Tués. Blessés. Traumatisés. Déplacés. Réfugiés. Orphelins. Depuis trois ans, rien n'a été épargné aux enfants syriens. L'Unicef estime à 2 millions le nombre d'enfants qui ont besoin d'une aide psychologique. Le rapport attire l’attention de la communauté internationale sur la souffrance vécue par les enfants et leurs familles qui, pendant des mois, ont été bloqués dans les régions en état de siège. Coupés de toute assistance, vivant dans des décombres et peinant à trouver de quoi manger, beaucoup d’enfants syriens se retrouvent sans protection, sans soins médicaux, sans assistance psychologique et sans accès, ou à peine, à l’éducation. Dans les cas les plus extrêmes, des enfants et des femmes enceintes ont été intentionnellement blessés ou tués par des tireurs embusqués. Dans les pays d’accueil, on compte à présent 1,2 million d’enfants réfugiés syriens vivant dans des camps et des communautés d’accueil débordées et ils n’ont qu’un accès limité à de l’eau propre, à une alimentation nutritive ou à la possibilité d’étudier.

Crédit Photo REUTERS/Hosam Katan

» Lire la suite...

10 mars 2014

Syrie : le régime affame les civils - Rapport Amnesty International

 

httpweb-engage.augure.compubattachment30771702424379256168571394440212698-amnesty.frEmb - Windows Internet Explorer.jpg

« Les forces syriennes se rendent coupables de crimes de guerre en utilisant comme tactique de guerre le fait d’affamer des civils. Les récits poignants de familles qui se résignent à manger des chats et des chiens et de civils qui se font tirer dessus par des snipers alors qu’ils sont en quête de nourriture, témoignent de l’horreur qui est devenue la réalité pour les habitants de Yarmouk ». C'est la conclusion à laquelle est arrivé Philip Luther, directeur du programme Afrique du Nord/Moyen Orient d'Amnesty International. Dans un rapport intitulé Squeezing the life out of Yarmouk: War crimes against besieged civilian, l'organisation humanitaire révèle des civils palestiniens et syriens à Yarmouk, en périphérie de Damas, ont été depuis des mois les victimes d'une stratégie visant à les affamer. Près de 200 personnes sont mortes depuis que le siège a été durci en juillet 2013 et que l’accès aux denrées de base et aux fournitures médicales a été bloqué. D’après les recherches menées par Amnesty International, parmi ces victimes, 128 sont mortes de faim durant la crise humanitaire catastrophique qui s’est déclenchée. Certains habitants n'ont pu manger de fruits et de légumes depuis des mois. Un kilo de riz est vendu jusqu'à 72 euros au marché noir. Le camp de Yarmouk est sans électricité depuis le mois d'avril 2013. Samedi 15 mars, le week-end prochain, à l'occasion du troisième anniversaire des premiers soulèvements populaires contre le régime d'Assad, aura lieu à Paris une grande veillée de solidarité place du Trocadéro le 15 mars à 19h, aux côtés de la diaspora syrienne et de plusieurs autres associations, pendant laquelle sera projeté le hashtag #AvecLesSyriens sur la tour Eiffel dans le cadre d’une mobilisation internationale.

Bouteflika 4 ou la momification du pouvoir algérien

 

640x478_20844_vignette_DILEM-REGIME-ALGERIEN.jpg

La momie a bredouillé un galimatias de 14 secondes entrecoupé par un montage artificieux ! dégagez ! - YouTube - Adobe Flash Playe.jpgLe 17 avril prochain, les Algériens éliront leur président. Au pouvoir depuis 1999, et malgré un état de santé de plus en plus précaire (c’est un euphémisme), Abdelaziz Bouteflika sera de nouveau candidat à sa propre succession pour un quatrième mandat. Hospitalisé à Paris à plusieurs reprises depuis deux ans, le président algérien est dans un état jugé si préoccupant que son apparition télévisée, pour annoncer sa candidature, n'a duré que quelques secondes. Au total, devant les micros, il n'a prononcé que 37 mots (Voir ICI la vidéo). Ce qui a fait dire au chroniqueur du Quotidien d'Oran, que l'Algérie est "l'unique pays au monde où l'argument d'un candidat n'est pas un programme, mais la preuve qu'il est vivant". Outre le sarcasme des commentateurs ou des caricaturistes algériens, les manifestations se multiplient depuis quelques semaines.

Crédit : dessin de Dilem, le grand vignettiste algérien - Et le président Bouteflika (à bout de souffle) lors de son apparition furtive à la télévision algérienne, le 22 février, pour annoncer sa candidature

» Lire la suite...

18 février 2014

Sissi et Poutine : quand l’Egypte s’éloigne de Washington

 

2014-02-13T124128Z_1945034596_GM1EA2D1LEY01_RTRMADP_3_RUSSIA_0_0.jpg

Faut-il y voir un signe d’un nouveau climat de guerre froide, invoqué ici ou là ? Toujours est-il que le voyage à Moscou du nouvel homme fort de l’Egypte, le maréchal Sissi, son premier voyage à l’étranger, n’est pas passé inaperçu la semaine dernière. A la faveur d’un refroidissement des relations américano-égyptiennes, la diplomatie russe pousse tous ses pions au Proche-Orient pour assoir son statut retrouvé de puissance incontournable. Axe avec Téhéran, blocage sur la Syrie, c’est au Caire que Moscou s’investit à présent. Le renversement du président Morsi par l’armée et la montée en puissance du maréchal Sissi ont aussitôt été saisis comme une fenêtre à ne pas manquer.

Crédit photo : REUTERS/Mihail Metzel/RIA Novosti/Kremlin  -  Vladimir Poutine et Abdel Fattah al-Sissi, en visite à Moscou le 13 février

» Lire la suite...

17 février 2014

La Libye : à la recherche d'un Etat inconnu

 

2E59F853205FACFB677C72E1AE8A8A.jpg

La force d’un slogan fait aussi, parfois, sa faiblesse. En qualifiant dès 2011 de « printemps arabe » les soulèvements en chaîne enregistrés dans les pays arabes, la machine médiatique ne se trompait pas. Un vent de liberté et d’espoir soufflait bel et bien sur toute la rive sud de la Méditerranée. Rejet des pouvoirs autocratiques, aspirations démocratiques, demande de respect de la part d’une jeunesse digne et désoeuvrée. Tout cela, le « printemps arabe » le disait assez bien.

Crédit photo : REUTERS/Bob Strong - Août 2011, dans l'Ouest de la Libye

» Lire la suite...

01 février 2014

Syrie / Quand Assad rase des quartiers entiers

          Mezzeh_Before.jpg           Mezze_after.jpg

L’organisation humanitaire Human Rights Watch a diffusé, jeudi 30 janvier, un rapport sur un nouveau crime perpétré par le régime de Damas : la démolition systématique de certains quartiers de population. Le rapport de 38 pages, intitulé « Razed to the Ground: Syria’s Unlawful Neighborhood Demolitions in 2012-2013 » (« Des quartiers entièrement rasés : Démolitions illégales en Syrie en 2012-2013 ») fait état de sept cas de démolitions de grande envergure à l’explosif et au bulldozer, qui ont clairement constitué des violations des lois de la guerre. Ces démolitions n’ont servi aucune finalité militaire impérieuse et ont semblé punir volontairement la population civile ou ont autrement causé un préjudice disproportionné aux civils, a constaté Human Rights Watch.

Crédit Photo : HRW -  Les deux photos satellites ci-dessus ont été prises en février et en juillet 2013 dans un quartier de Damas. Le rapport de Human Rights Watch comportent des témoignages et de nombreuses autres photos, notamment de démolition à l'explosif (et non sous le coup de bombardements).

» Lire la suite...

27 janvier 2014

La Constitution tunisienne en français

Article 20.jpg

Le texte en arabe reproduit ci-dessus est extrait de la nouvelle Constitution tunisienne, adoptée définitivement lundi 27 janvier, trois ans et quelques jours après le renversement du régime de Ben Ali. Cet article que nous reproduisons en arabe est l'article 20. Il affirme: "Les citoyens et les citoyennes, sont égaux en droits et devoirs. Ils sont égaux devant la loi sans discrimination aucune. L’État garantit aux citoyens les libertés et les droits individuels et collectifs. Il leur assure les conditions d’une vie décente." 

Dans aucun autre pays arabe, cette parité homme femme n'est inscrite aussi clairement dans les textes constitutionnels. Ce qui est particulièrement encourageant dans la transition tunisienne, c'est que cet article, ainsi que tous les autres, vient d'être validée à une large majorité par l'Assemblée nationale constituante, y compris par Ennahda, le parti islamiste, arrivé en tête aux élections d'octobre 2011. Compte tenu des tensions qui règnent dans les autres pays arabes, il est probable que ce signal lancé par les Tunisiens reste pour l'heure un cas unique. Mais il marque un précédent dont le monde arabe va devoir tenir compte. 

Parmi les articles particulièrement sensibles, signalons également celui qui encadre la question religieuse, l'article 6. Il affirme. "L’État est gardien de la religion. Il garantit la liberté de croyance et de conscience et le libre exercice du culte. Il est le protecteur du sacré, garant de la neutralité des mosquées et lieux de culte par rapport à toute instrumentalisation partisane. L’Etat s’engage à diffuser les valeurs de modération et de tolérance, à protéger les sacrés de toute violation, à proscrire l’accusation d’apostasie et l’incitation à la haine et à la violence et à s'y opposer."

 

POUR LIRE LE TEXTE INTEGRAL EN FRANCAIS DE LA CONSTITUTION TUNISIENNE

(et tout savoir sur les débats et le vote final)

C'EST ICI

 

22 janvier 2014

Syrie - "L'ombre de l'Irak fait peser de graves risques sur les communautés" - Entretien avec Jean-Pierre Filiu

 

1663143_pic_970x641.jpg

La conférence de Genève 2 s'est ouverte, mercredi 22 janvier, dans un climat de tensions et de pessimisme. Que faut-il en attendre? La transition, c'est-à-dire le départ de Bachar el-Assad, que demandent les Occidentaux et l'Arabie Saoudite, a-t-elle une chance de recevoir le soutien de la Russie? Moscou et Téhéran sont-ils prêts à lâcher Assad alors que sur le terrain, le président syrien semble avoir repris la main à Damas? Jean-Pierre Filiu, qui dès le début de la crise syrienne a pris position pour la légitimité de la révolution anti-Bachar, et qui a séjourné à plusieurs reprises à Alep, répond à ces questions. En évoquant également un risque nouveau qui est apparu ces derniers mois. "L'irakisation de la Syrie".

» Lire la suite...