Ossétie du Sud: une annonce échouée

 Photo (celle qui a été choisie par l’Ambassade pour illustrer l’annonce): Dans la ville de Tskhivanli, le 13 août 2008. © RIA Novosti.

"En mémoire des victimes de la tragédie en Ossétie du Sud - ossetès, géorgiens, russes. Nous partageons le deuil de leurs proches", ce petit texte de l'Ambassade de Russie en France accompagné d'une photo de la capitale sud-ossète Tskhivanli, en ruines, devait être publié dans la rubrique Annonces/Carnet de Libération du 17 septembre. C'était le quarantième jour depuis le début des opérations militaires dans la région, et la tradition russe veut que ce jour-là on se souvienne de ceux qui nous ont quitté 40 jours plus tôt.

Tout était sur les rails la veille, même si Libération avait corrigé le texte initial proposé par l'Ambassade en supprimant dans la première phrase ce passage non politiquement correct: "de tous ceux qui sont morts de l'attaque du régime te Tbilissi". Il ne restait donc à l'Ambassade qu'attendre la facture de 9000 euros - le prix demandé par le quotidien pour la publication de ce quart de page de condoléances.

Mais l'argent russe allait être épargné - Libération ne publiera pas l'annonce le lendemain, et on annoncera à l'attaché de presse de l'Ambassade Serguei Parinov, perplexe, que sa publication a été refusée par le conseil de la rédaction.

La dépêche du bureau parisien de RIA Novosti relatant cet incident est devenue aujourd'hui le sujet du Making-of/Les coulisses de Libé, à la page 7 du journal. Dans ce petit encadré intitulé "L'argent russe" la correspondante de Libération à Moscou parle de "sensation" que l'info aurait faite en Russie... Perception exagérée, quand on sait par exemple que le site russe de RIA Novosti en accès libre n'en a parlé qu'en 4 phrases, et dans une dépêche 15 fois plus longue consacrée, en général, aux manifestations commémoratives qui se sont déroulées en ce jour de deuil en Russie et dans le monde.

Contrairement à ce que stipule la consoeur, ce n'est pas non plus le fait de ne pas avoir pu "acheter" ce qu'on voulait qui ait pu étonner les Russes. La correspondante de Libération à Moscou, qui connaît pourtant bien la Russie et dont les reportages des différents coins du pays sont toujours des réussites, se trompe en pensant que les Russes aient été indignés parce que cette fois-là l'argent ne leur avait pas ouvert "toutes les portes". C'est tout simplement le fait que cette annonce on ne peut plus sobre, en tout cas au final, ait été censurée, au dernier moment qui plus est, qui a pu paraître étrange à ceux qui ne sont pas encore familiers avec les états d'esprit occidentaux au sujet des récents évènements dans le Caucase. C'est dans ce contexte-là, avec une sorte de questionnement et pas indignation, que la dépêche purement factuelle que j'envoyais à Moscou a été traitée, brièvement, par le site de RIA Novosti en langue russe.

Le texte de l'Ambassade "insinuait que Moscou n'aurait fait que voler au secours de la pauvre Ossétie du Sud pour la libérer des griffes de la Géorgie", écrit la journaliste de Libé en rajoutant que "Libération refuse régulièrement ce type d'annonces proposées par toutes sortes de régimes ".

Libération ne refuse pas en revanche des tribunes de type beaucoup moins pondéré proposées par des particuliers, et le fameux "SOS Géorgie? SOS Europe!" du duo André Glucksmann/BHL sur le conflit russo-géorgien ne restera sans doute pas dans les annales comme un exemple d'objectivité. Comparées aux dires de ces intellectuels français les deux petites phrases de condoléances de l'Ambassade russe adressées à toutes les victimes du conflit, paraissent bien innocentes. Bref, Serguei Parinov de l'Ambassade de Russie avait de quoi être étonné, même s'il ne doit pas ignorer non plus que la perception russe et occidentale des évènements en Ossétie du Sud se diffèrent, légèrement...

Photo (celle qui a été choisie par l'Ambassade pour illustrer l'annonce): Dans la ville de Tskhivanli, le 13 août 2008. © RIA Novosti.

  • Facebook
  • Twitter
  • Delicious
  • Tumblr

À propos de riendeneufamoscou

alexandra kamenskaya
Cette entrée a été publiée dans Actualité, Episodes, Maintenant, Moscou, Paris, RIA Novosti. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien. |

2 commentaires à Ossétie du Sud: une annonce échouée

  1. Et vous ne mentionnez pas en plus que Libération soulignait la nature « très officielle » de votre agence dans son « making off »…
    Vous avez évidemment raison de souligner comment ce papier de Libé est emblématique de la façon dont la presse française traite (a traité) les évènements du Caucase et comment il agite quelques clichés (l’argent russe lui ouvrant les portes, etc).

  2. Bonsoir,

    Je ne vois pas de quelle correspondante de « Libération » vous parlez quand vous écrivez « dont les reportages des différents coins du pays sont toujours des réussites ». Sur le forum « Vivre en Russie », nous parlons dans la rubrique « Ceux que l’on peut eviter de lire » des journalistes français qui couvrent la Russie. Si je veux m’informer sur la Russie, je ne vais pas lire les articles des journalistes français sauf pour voir à quoi ressemble le travail de mauvais journalistes.

    A propos du texte de l’Ambassade, voici le post sur le forum :
    http://vivreenrussie.1fr1.net/la-russie-dans-les-medias-f5/ossetie-du-sud-le-quotidien-liberation-aurait-il-oublie-les-victimes-t525.htm

    A quand des papiers sur les journalistes français morts dans d’étranges circonstances ? A quand des articles sur les affaires de corruption ? A quand les papiers sur la françafrique ? Ce ne sont pas les affaires qui manquent en France.

    Cordialement,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>