[Ga: een map omhoog, voorpagina, ]

Mise à jour

Flambée de violence en Syrie à quelques jours de la trêve

Homs, le 30 mars 2012

Homs, le 30 mars 2012 Crédits photo : HANDOUT/REUTERS

L'armée poursuit son offensive, tuant au moins 86 civils samedi et provoquant un exode de réfugiés en Turquie. L'opposition accuse Assad d'intensifier la répression avant l'entrée en vigueur du cessez-le-feu, prévue jeudi.

Publicité

A quelques jours de la trêve fixée par les Nations-Unis, l'armée syrienne continue son offensive contre les insurgés. Les violences ont fait samedi au moins 120 morts, dont 74 civils, en majorité dans des bombardements de Latamna, dans la région de Hama, selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH).

A Homs, l'armée régulière a attaqué le quartier de Deir Balba, tuant 17 personnes, au cours d'une opération qualifiée de «massacre» par les Commissions de coordination locales. D'après des images tournées par des opposants, on distingue des corps déchiquetés chargés sur un camion, certains la gorge tranchée, après un pilonnage de l'armée. D'autres images, dont l'origine n'a pas pu être vérifiée, montrent des hommes les mains liées derrière le dos, les yeux bandés avec une balle dans la tête.


Le secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, a estimé vendredi que ces attaques du régime étaient «une violation de la position de l'ONU». Le Conseil de sécurité a en effet adopté jeudi à l'unanimité une déclaration demandant aux autorités syriennes de respecter la limite du 10 avril pour cesser les principales opérations militaires et à l'opposition de faire de même au maximum 48 heures plus tard. «Les autorités syriennes sont entièrement responsables de graves violations des droits de l'Homme. Cela doit cesser», a dit Ban Ki-moon. La promesse du président Bachar el-Assad de cesser les opérations militaires d'ici au 10 avril «ne peut servir de prétexte pour continuer à tuer», a ajouté son porte-parole.

L'opposition accuse Assad d'intensifier la répression avant l'entrée en vigueur du cessez-le-feu, mais Damas a repris l'argument à son compte. «Ces derniers jours, les actes terroristes commis par des groupes armés se sont multipliés en Syrie, en particulier depuis la conclusion d'un accord sur le plan Annan», dit le gouvernement syrien dans une lettre adressée aux Nations unies, que l'organisation a publiée vendredi.

700 réfugiés syriens affluent en Turquie en un jour

Ban Ki-moon s'est dit «extrêmement inquiet» de la crise humanitaire qui empire en Syrie, jugeant que les «derniers rapports qui font état d'un nombre grandissant de réfugiés vers les pays voisins sont alarmants».

La Turquie, en particulier, accueille un nombre croissant de Syriens fuyant les violences, qui ont coûté la vie à plus de 9000 personnes depuis mars 2011, selon les chiffres des Nations unies. Ces dernières 24 heures, près de 700 Syriens sont ainsi arrivés en Turquie, qui accueille désormais 24.000 réfugiés. La semaine dernière, le pays a accueilli en 36 heures un nombre record de 2800 personnes.

L'opposition syrienne accuse en outre l'armée de miner la frontière turque pour empêcher l'exode de la population et couper les lignes d'approvisionnement de la guérilla.

Ankara a rompu tout contact avec Damas, son ancien allié politique et économique, et apporte son soutien à l'opposition politique au régime de Bachar el-Assad. La Turquie accueille également sur son sol les dirigeants des rebelles de l'Armée syrienne libre (ASL), composée principalement de déserteurs des forces régulières.

L'Organisation de la coopération islamique (OCI), qui a mené en mars une mission d'évaluation humanitaire en Syrie, a de son côté estimé nécessaire une aide humanitaire urgente de 70 millions de dollars.

LIRE AUSSI:

» Le régime syrien bafoue le plan de paix de Kofi Annan

» Les nouvelles cibles des rebelles syriens

» Syrie: négocier avec el-Assad est une illusion 

Services Partenaires

 

Réagir à cet article

Publicité

45 commentaires

  • les états belligérants menés par les USA veulent une trêve observée unilatéralement par les forces armées Syriennes comme ça les groupes terroristes armés s'en donneront à coeur joie sur les civils : Bachar Al Assad n'est pas dupe au point à se laisser tromper une seconde fois
    pour qu'il y ait trêve , les pourvoyeurs en armes et matériels de ces groupes devront annoncer publiquement leurs intentions de cesser tout ravitaillement ,les groupes armés devront se retirer du territoire Syrien ou déposer leurs armes et à partir de ce moment là , si le régime Syrien ne décrète pas un cessez le feu et ordonne à ses forces de se retirer ,il sera plus que blâmable voire condamnable

  • Quelle surprise !
    C’était tellement évident que l'armée "régulière" allait chercher a renforcer ses positions avant le cessez le feu que le but de cet article m'échappe....

  • allez encore quelques jours pour tuer, aprés promis on arrete sinon l'ONU va nous gronder!

  • "M. Annan a appelé le gouvernement syrien et l'opposition à cesser les violences d'ici jeudi 06H00 heures locales de Damas".

    nulle part il est écrit que "l'opposition" aura 48 heures de plus !!!

  • Je vois mal de faire une leçon à un état souverain qui lutte contre les terroristes armé à l´instar de ceux de la Libye qu´on en parle plus depuis la destruction d´un état souverain garant de la paix et la mise en place d´un cao. Si on voit les avions Turque bombarder les Kurdes non armé et qui revendiquent eux aussi leurs souveraineté, comment vouloir ôter la paille d´œil de ton prochain pendant que tu es toi même aveugle?

  • Merci à la communauté internationale qui accorde quelques jours supplémentaires à Al Assad pour massacrer son peuple!

  • Dans la mesure ou les Assad n'ont en rien financé la campagne de Sarko en 2007 à contrario de Khadafi, l'empressement réel de la France (avec BHL en guest-star) à faire tomber ce régime est quasi-nul.

  • Y'a pas de pétrole en Syrie, c'est pas intéressant pour les capitaliste.