[Ga: een map omhoog, voorpagina, ]

Mise à jour

Le cessez-le-feu entre en vigueur en Syrie

Capture d'une vidéo de l'opposition montrant des soldats syriens, mardi, autour de cadavres d'insurgés.

Capture d'une vidéo de l'opposition montrant des soldats syriens, mardi, autour de cadavres d'insurgés. Crédits photo : -/AFP

Le régime avait annoncé pour jeudi matin la fin de ses opérations militaires, jour de l'ultimatum fixé par l'ONU pour un cessez-le-feu total. Mais les États-Unis ont jugé peu crédible cet engagement alors que les combats se poursuivent sur le terrain.

Publicité

La Syrie a voulu faire jeudi matin la démonstration de sa bonne volonté. Le cessez-le-feu est entré en vigueur jeudi à 6 heures, conformément à l'ultimatum fixé par le plan de l'émissaire Kofi Annan visant à mettre fin aux violences meurtrières qui secouent le pays depuis plus d'un an.

Le régime syrien, qui réprime dans le sang la contestation, avait annoncé qu'il mettrait fin à ses opérations militaires jeudi matin, tout en prévenant que ses forces répondraient à toute attaque «terroriste», en référence aux rebelles, qui s'étaient engagés eux aussi à respecter l'ultimatum si Damas faisait de même. Les insurgés doivent eux aussi déposer leurs armes jeudi, ce qu'ils ont promis de faire à plusieurs reprises .

Kofi Annan a voulu voir dans l'annonce de Damas une chance pour son plan. «Si tout le monde respecte le cessez-le-feu, je pense qu'à partir du jeudi 12 avril nous devrions voir une nette amélioration de la situation sur le terrain», a-t-il déclaré . La Russie, soutien du régime de Bachar el-Assad, a dit prendre acte de la promesse de Damas, estimant que c'était désormais «au tour de l'opposition armée» de se conformer au cessez-le-feu.

Plusieurs opérations sont toujours en cours

Plus circonspects, les États-Unis ont prévenu qu'ils jugeraient le régime syrien sur «ce qu'il fait, pas ce qu'il dit». Washington estime «peu, voire pas crédibles» les déclarations des autorités syriennes. «Des promesses ont été faites, une fois, deux fois, trois fois, et elles n'ont jamais été tenues.» Et même si les forces syriennes cessent effectivement les hostilités, cela «ne peut pas être considéré comme une application du plan en six points» de Kofi Annan, a ajouté l'ambassadrice américaine à l'ONU, Susan Rice. Elle a rappelé que Damas s'était engagé à retirer ses troupes des villes syriennes au 10 avril et n'avait pas respecté ce critère. «Il incombe au régime syrien en premier lieu, et non à l'opposition, de respecter ses obligations», a-t-elle mis en garde.

Fait très «alarmant» pour Hillary Clinton, à quelques heures de la date fatidique, les combats n'ont toujours pas cessé sur le terrain entre l'armée et les insurgés. L'opposition n'avait constaté aucune «accalmie» et fait part de nombreuses arrestations dans ses rangs. Le régime de Bachar el-Assad a mené mercredi plusieurs opérations. L'armée syrienne s'est massivement déployée dans Homs, Deraa, Alep et Deir Ezzor. Onze civils ont péri, affirme l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH). À la frontière turque, pour la deuxième fois cette semaine, des tirs des forces syriennes ont atteint tôt un camp de réfugiés cette fois sans faire de victimes. Une première volée de tirs lundi avait fait six blessés et tendu les relations entre Damas et Ankara.


Avant cette annonce syrienne de mercredi, plusieurs pays occidentaux avaient exprimé leur lassitude face aux louvoiements de Damas, qui semblait à tout prix vouloir gagner du temps. Au lieu de retirer mardi ses chars, le régime les déplaçait, violant la première étape du plan Annan. Défiante, l'ambassadrice américaine Susan Rice, dont le pays préside le Conseil de sécurité de l'ONU en avril, a prôné «une action collective» pour accentuer la pression sur Damas, en cas de non-respect du cessez-le-feu. Le chef de la diplomatie britannique William Hague a suggéré de «porter l'affaire devant la Cour pénale internationale» (CPI) afin que les dirigeants syriens répondent de leurs exactions. Même Pékin a fait part de ses réserves. La question d'«une issue politique du dossier syrien arrive à un stade critique», a commenté la diplomatie chinoise. Se disant «profondément inquiète des violences, elle appelle «le gouvernement syrien à appliquer le plan de Kofi Annan».

LIRE AUSSI:

» Damas signe l'échec du plan de Kofi Annan

» Ankara hausse le ton contre le régime syrien

» Damas exige des garanties avant tout retrait des troupes

» La violence continue en Syrie à quelques jours de la trêve 

Services Partenaires

 

Réagir à cet article

Publicité

28 commentaires

  • Et pendant ce temps, information de première importance quand même, c'est siemens qui régale les services d'information syriens : http://politiquedunetz.sploing.fr/2012/04/siemens-aide-la-repression-en-syrie-en-iran-et-au-bahrein/

  • Pourquoi l'Occident (USA,France) ont travaillé à renverser 2 régimes laïcs D'Afrique du Nord (Tunisie-Libye) pour les remplacer par des pouvoirs islamo-intégristes ? Et pourquoi ils voulaient refaire la même chose contre le régime laïc de Syrie ? Réponse : Mais pour faire plaisir à 2 pays islamiques très obscurantistes mais super riches en pétrole et en gaz (Arabie Saoudite et Qatar). Les affaires sont les affaires...

    • Oui, on sait que les USA, tant que l'intérêt financier est en jeu, sont aveugles sur les autres facteurs économico-politiques. Qu'un pays tombe leur importe peu, et tant que c'est lucratif autant le pousser à la faute. Mais en plus s'ils font de ce système de sabotage des nations une arme de guerre! Le pire c'est encore quand l' Union européenne leur emboîte le pas! La nouvelle guerre stratégique est déjà commencée, haro sur les réserves mondiales de matières premières, avec leur armes de destructions massives et surtout financières que sont les produits dérivés, mais maintenant les banques devenues super-puissantes du Continent américain sont passées à la vitesse supérieure avec l'achat mondial des produits de première nécessité, dont vous citez le Pétrole.

      • Euh.
        Autant je ne parle pas de l'intervention en Libye qui est jugée par certains comme salutaire pour les libertés, et par d'autres comme un interventionnisme de l'occident avide de pétrole. On ne jugera pas les déboires mondiaux des occidentaux, en bref, on connait tout cela.

        Ce qui m'interpelle c'est ce discours "bouuuuuuh les vilains américains et autres européens, ils veulent que du pétrole, le reste ils s'en foutent ! C'est un comploooooooot mondial !".
        Je dis : oui et non. Je ne porte pas les "USA" dans mon coeur pour leurs actions dans d'autres pays que le leur. Il y a également des accords cachés plus ou moins... subversifs (tel qu'on l'a vu avec les révélations de Wikileaks).
        Cependant il faut arrêter de se cantonner à cette position (même si elle n'est pas forcément fausse !) et il faut regarder la situation donnée :
        On a un président, d'un régime laïc d'un pays dit "Arabe". Il y a du pétrole dans son pays. Une contestation commence à monter contre ce président dans ce pays. Le président fait quoi ? il extermine, il mate la rébellion.

        Bon on dira ce que l'on voudra, mais je préfère l'interventionnisme, au meurtre de masse. (Exemple : les USA auraient été un "méchant pays interventionniste et capitaliste" s'ils avaient capturé/exécuté Hitler en 39 ? (voir en 36 ein.) Réponse (la mienne) => Oui. Mais cela aurait sauvé tellement de vies, de patrimoine, et d'honneur (dont celui de l'Allemagne) que cela aurait été bénéfique pour tout le monde. Sauf pour H. bien sûr)

        Cependant, la réaction des USA et de l'UE est bien molle concernant la Syrie, au contraire de ce qu'elle avait été avec la Libye, et il y a là matière à critiquer. (bah oui, si l'intervention en Libye était faite pour des motifs d'une quelconque DDH, pourquoi ne pas faire la même chose en Syrie ? à cause du fric ??)

        Bref je pose plus de questions que je n'en répond, mais un avis en plus peut peut être aiguiller quelques réflexions (c'est ça le plus important après tout : se poser des questions pour savoir "pourquoi ?")

  • @mamud anticerveau cela vous ennuie que vos amis musulmans se comportent
    mal a l'encontre de leurs freres

    • Cà nous réjouit fortement de le savoir. il y en a même qui meurt d'une balle avec une formule m&thématique non résolue entre les dents. Si la diplomatie se résolvait à coup de logarithme, ça se saurait!

  • Ce matins il n'y a que des trolls du régime syrien en ligne ! Accusant le journal de mentir, félicitant assad pour ses exploits ! Le peuple syrien qui manifeste on s'en moque ! De quoi il se mêlent le peuple syrien depuis 40 ans il mange et il dort tranquil ! Alors qu'il la,ferme seul Assad lesbrussesbet les chinois sont des démocraties et les 87 autres pays du monde que des assassins .......ceux qui vivent en Frace qui sont de cet avis qu'ils aillent vivre en Syrie avec Assad...

  • Un weekend de repos pour tout le monde et des Lundi, tout va repartir, cette fois ci de la part de l opposition car sans conflit, elle n est plus rien.
    Les russes et les chinois s occupent des provisions pour Al Assad car cette histoire est la facon pour ces 2 pays d utiliser leurs vetos en faisant comprendre aux autres 3 ( USA, France, UK ) que ce sont des pays importants puisqu ils financent la dette des 3 derniers.

    Israel se fait tres petite en ce moment et depuis plus d un an. Israel qui partage une frontiere avec la Syrie ainsi que des territoires envahis qui appartiennent a la Syrie, prefere que Al Assad reste que de devoir se preoccuper d un possible nouveau voisin extremiste.

    Obama et Clinton se comportent comme Jimmy Carter et Cyrus Vance avec le fiasco de l Iran et de l Aghanistant ( les moujaidins qui se sont transformes en Talibans ). Que les americains s occupent de leurs problemes et que les syriens reglent ses comptes entre eux. Mais le probleme reside dans le fait que l opposition de sait plus pourquoi elle se bat.

  • le quota de soufrance et de morts n'est visiblement pas atteint........pour une intervention?

  • Le plan doit etre applique parles deux parties et par les gentils rebelles aussi,ce qui les degoute enormement. leur but etant de renverser le pouvoir a tout prix et pas la paix. Jeu et trucage.

  • manipulation éhontée de l'information. Envoyez BHL comme observateur: ce qu'il a préconisé a fait des merveilles en Libye! A quand une évaluation sérieuse des pertes liées dans ce dernier pays à l'intervention de l'Otan?