Chômage. Comment s’en sortent nos voisins européens ?

Europe -

Le nombre de demandeurs d’emploi, sans activité, a bondi en France, en mai, pour atteindre 2,922 millions de personnes, soit 33 300 de plus qu’en avril a annoncé mardi le ministère du travail. Mais la France n'est pas une exception en Europe. La hausse du chômage est un phénomène commun à une majorité de nos voisins européens. En avril, près de 25 millions d’Européens étaient au chômage, selon les estimations d’Eurostat, l’Office des statistiques de l’Union européenne.

Comment se calcule le taux de chômage eu Europe ?

Eurostat calcule des taux de chômage harmonisés pour les États membres, la zone euro et l’UE. Ces taux sont basés sur les définitions recommandées par l’Organisation internationale du travail (OIT) en prenant en compte la population de 15 à 74 ans. On définit les personnes au chômage selon trois critères :

- sans travail;

- disponibles pour commencer à travailler dans les deux semaines;

- ayant activement recherché un emploi pendant les 4 semaines précédentes.

Le chômage ronge le continent européen

Selon les estimations d’Eurostat, 24,6 millions d’hommes et de femmes étaient au chômage en avril 2012 dans les 27 pays de l’Union européenne (UE), dont 17,405 millions dans la zone euro. Soit un taux de 10,3% pour l’ensemble de l’UE ou 11% dans la zone Euro. Pas un record mais presque.

La Zone Euro paie les pots cassés de la crise

C’est la zone Euro, et surtout le sud de la zone qui paie les pots cassés, avec une montée importante du chômage : 110 000 chômeurs en plus dans la seule zone euro. Si l’on prend l’ensemble de l’Union européenne, ce chiffre diminue un peu, à 102 000 personnes.

L’Autriche sans chômeurs ou presque

Parmi les États membres, c’est en Autriche que le taux de chômage est le plus bas : 3,9%. Il est suivi du Luxembourg et des Pays-Bas (5,2% chacun) et de l’Allemagne (5,4%).

L’Espagne et la Grèce souffrent

A l’autre bout de l’échelle, on trouve des pays où presque un quart de la population est sans emploi. C’est ainsi en Espagne (24,3%) et en Grèce (21,7% en février 2012), que les taux de chômage sont les plus élevés. La Lettonie (15,2% au premier trimestre 2012) et le Portugal (15,2%) ne sont pas extrêmement mieux lotis.

La France dans la moyenne

La France se situe dans la moyenne : 10,2% avec une augmentation d’un peu plus d’un demi point en un an (depuis avril 2011). C’est une constante dans la plupart des statistiques sociales où la France se situe en général ni dans les pires ni dans les meilleurs rangs.

Les jeunes particulièrement touchés

En avril, 5,5 millions de jeunes de moins de 25 ans étaient au chômage dans les 27 États membres de l’Union européenne (UE-27), dont 3,3 millions dans la zone euro. Le taux de chômage des jeunes atteint 22,4% dans l’UE 27 et 22,2% dans la zone euro. En avril 2011, il était respectivement de 20,9% et 20,4%, soit 2 points de plus en moyenne

C’est en Allemagne (7,9%), en Autriche (8,9%) et aux Pays-Bas (9,4%) que les jeunes ont la situation, relativement, la plus enviable. Dans les pays en crise du sud de l’Europe, la situation des jeunes actifs est particulièrement précaire avec plus d’un jeune sur deux au chômage : 51,5% en Espagne et presque 53% en Grèce !